Actualités

Le revenant Jeff Reine-Adelaïde a trouvé un OL étincelant face aux Aiglons

Absent depuis près de deux ans, Jeff Reine-Adélaïde a enfin pu retrouver les terrains ce samedi après-midi avec la réserve de l’Olympique Lyonnais lors du match nul face à l’ASPTT Saint-Priest. Un retour attendu pour l’ancien joueur du Angers SCO qui reprend petit à petit sa vie de footballeur. 

 

Prêté par l’OL à l’OGC Nice en 2020, le joueur de 24 ans a pu assister à la rencontre de Ligue 1 entre Lyon et ses anciens partenaires du GYM. Le natif de Champigny-sur-Marne a livré son analyse sur la belle victoire lyonnaise sur le score de 2 buts à 0 et il a pris énormément de plaisir à voir évoluer ses coéquipiers, devant un Groupama Stadium avec plus de 41 000 spectateurs. « Ce soir, c’est clairement du plaisir pour moi. On a pu voir tous les joueurs concernés, une très belle équipe qui nous a procuré beaucoup de plaisir. Je pense que les supporters aujourd’hui doivent être fiers de nous. C’est impressionnant. C’était vraiment une force collective ce soir. On a senti un groupe. Ce soir, rien ne pouvait nous arriver. » Explique ‘JRA’ au micro d’OL TV après la rencontre.

Je ne me pose pas de question, et je fonce

 

Invité de l’émission sur ‘OL Play’, l’ancien du SCO a également donné quelques indications sur son retour et il fait un premier point après son retour sur les terrains. Ce dernier a disputé 47 minutes avec la réserve lord d’un match de championnat en Nationale 2. « J’ai fait un match propre, mais je peux jouer encore mieux. J’étais très ému de rejouer au football, car c’était tellement loin pour moi. Je suis heureux et pressé. Gueïda Fofana a fait un petit geste à ma sortie pour que les supporters m’applaudissent, donc c’était sympa de sa part. » Exprime le numéro 22 des Gones.

Avant ce terminer : « j’ai parcouru un long chemin jusqu’à aujourd’hui. Je suis à la disposition du coach. J’ai déjà intégré depuis deux-trois semaines le groupe à l’entraînement. J’ai fait quelques oppositions pour pouvoir prendre du rythme. Il ne manquait plus que le match en National 2. C’est passé donc que du bonheur maintenant. Le plus dur était de ne pas pouvoir chausser les crampons, s’amuser avec les coéquipiers. Quand ils allaient sur le terrain, je me retrouvais tout seul avec le kiné. C’était dur mais aujourd’hui cette épreuve est derrière moi. Il n’y a que du positif à venir. Quand je vois une performance comme celle réalisée face à Nice, je suis pressé de prendre du plaisir avec mes coéquipiers. Je ne me pose pas de question, et je fonce. » Conclut Jeff Reine-Adélaïde.

 

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les derniers articles dans Actualités