Actualités

L’incapacité de la direction éclate au grand jour ! Voici les raisons du cuisant échec de l’OL avec Sardar Azmoun

Priorité absolue, priorité numéro une des dirigeants lyonnais depuis bon nombre de semaines, Sardar Azmoun a finalement échappé à la direction rhodanienne et a pris la décision de finir la saison en Russie et poursuivre sa carrière en Allemagne avec le Bayer Leverkusen par la suite. À la fois si près et si loin, l’OL a montré sa totale incapacité à mener à bien un dossier important et prioritaire pour renforcer l’effectif de Peter Bosz. Un échec cuisant qui montre que l’atmosphère au sein de l’état-major lyonnais est de plus en plus délétère et qu’il jaillit sur le sportif. 

 

Comme annoncé il y a quelques heures sur notre site, l’Olympique Lyonnais ne devrait pas être en mesure d’accueillir de nouveaux éléments, avant la fermeture officielle du mercato hivernal le 31 janvier prochain. Pourtant, Peter Bosz ainsi que les spécialistes et même les supporters lyonnais attendent un nouveau profil pour renforcer le secteur offensif depuis le début. Sûr de son fait, l’OL a tenté plusieurs approches et des négociations diverses avec le Zenit Saint-Pétersbourg pour enrôler le buteur international iranien Sardar Azmoun. Des négociations qui, au final n’ont jamais réellement abouti avec une formation russe qui a fait trainer les choses, en réclamant une certaine somme d’argent pour libérer son buteur à six mois de la fin de son contrat. Oui mais voilà, l’OL n’a jamais été en mesure de convaincre ses homologues russes qui ont préféré laisser partir le joueur dans le championnat allemand. Et nos confrères de « Café du Commerce OL » avait raison sur toute la ligne.

 

 

Des offres diverses mais…

 

Pourtant, Lyon n’est pas resté inactif en proposant tour à tour 3 millions d’euros, puis environ 5 millions avec bonus et les dirigeants ont même monté leur offre pour atteindre 6 millions d’euros. « L’Equipe » nous a même annoncé un accord avec le clan du « Messi Iranien » (surnom d’Azmoun) pour une arrivée cet hiver et finalement cette info paraît aujourd’hui difficile à valider au vu de la tournure des événements. Au cours des derniers jours de négociations, le patron du Zenit Alexander Medvedev a même fait passer un message très clair dans les médias en précisant que le club n’avait pas besoin d’argent et que le joueur de 27 ans allait finir la saison.

Promesse tenue, car il rejoindra le Bayer Leverkusen la saison prochaine et que les Russes ont déboursé 20 millions d’euros pour Yuri Alberto, son futur successeur qui arrivera en juin prochain. Pas besoin d’être devin pour comprendre l’échec lyonnais dans ce dossier. Pas besoin d’être devin pour comprendre que la stratégie lyonnaise n’a pas été la bonne pour conclure cette opération.

Une très grosse concurrence 

 

Nommé meilleur joueur du championnat russe, Azmoun possède une très belle cote et son agent a parfaitement gérer ses intérêts. Joueur en fin de contrat dans quelques mois, il a pu discuté avec pas mal de clubs et notamment le Milan AC. Il s’est même entretenu avec les Rossoneri et leur directeur sportif Paolo Maldini avant finalement de choisir Leverkusen. Outre ces deux clubs, le FC Séville, Burnley, la Juventus ou encore Newcastle, en plus de l’OL ont été cités. Une énorme concurrence face à laquelle Lyon n’a rien pu faire, en sachant pertinemment que les Rhodaniens ne sont pas en mesure de rivaliser financièrement avec ces armadas européennes.

Une situation qui ne satisfait pas vraiment les supporters de l’OL qui attendaient avec la plus grande impatience de découvrir un tout nouveau joueur dans l’effectif. Oui mais voilà, la direction lyonnaise n’a pas été en mesure de convaincre le club russe même si Jean-Michel Aulas et Vincent Ponsot n’ont pas lâché l’affaire. Comme l’a révélé « l’Equipe », le président et son bras droit étaient prêts à se déplacer lundi à Dubaï pour rencontrer Azmoun qui participe au stage avec son équipe. Dans la foulée, ils ont été informés du choix final du joueur de 27 ans qui a donné son approbation à Leverkusen.

 

Ponsot, Cheyrou, Aulas pointés du doigt 

 

DECEPTION ! C’est le mot qui a le plus circulé sur les réseaux sociaux et sans doute dans la tête des dirigeants. Après ce cuisant échec, les responsables du club ont pris la décision de ne pas faire de changement et ainsi aucune arrivée n’aura lieu, sans un possible départ. Une promesse de plus non tenue par les dirigeants vis-à-vis de son entraineur Peter Bosz, qui devra se débrouiller avec son effectif actuel pour la fin de saison. Pourtant en toute fin d’année, l’OL avait pris le pari de faire confiance à Bruno Cheyrou venue remplacer Juninho, pas en tant que directeur sportif, mais plus dans un rôle de directeur de la cellule de recrutement. Depuis l’arrivée de ce dernier les choses n’ont absolument pas évolué ! Au contraire et le club n’est plus en mesure d’offrir un nouveau joueur offensif à son coach.

Durant cette période l’OL a même réussi à perdre Patrice Girard, recruteur historique de l’OL depuis plus de 20 ans qui a rejoint Angers. Déçu par l’attitude en interne de ses dirigeants, Juninho a aussi pris la décision de quitter son poste de directeur sportif, avant même de terminer la saison. Encore un coup dur pour Peter Bosz qui était en étroite collaboration avec l’ancienne légende lyonnaise.

Pourtant, Jean-Michel Aulas a été omniprésent dans les médias pour tenter d’éteindre l’incendie avec le départ de ‘Juni’ et ainsi choisir subtilement son camp, en apportant sa totale confiance à Cheyrou et son bras droit Vincent Ponsot. Ce dernier n’a d’ailleurs pas été en opposition avec son président lorsque Juninho a annoncé son départ. Au contraire et comme le citent plusieurs journalistes depuis bien longtemps, le directeur général de l’OL n’a pas ‘pleuré’ lorsque le Brésilien a plié bagage et la relation entre les deux hommes n’a jamais été au beau fixe. Une attitude qui montre que les relations dans l’état-major lyonnais ne sont pas les meilleurs possibles et malheureusement cela déborde de plus en plus sur le secteur sportif.

 

Un mercato fiasco ! L’avis des spécialistes 

 

Quelques jours après l’échec avec Sardar Azmoun, les réactions se sont multipliées et Didier Roustan est aller dans le sens des fans et la déception de ne pas avoir conclu le dossier menant à Sardar Azmoun. « Mais que fait le directeur sportif de l’OL alors ? Ça me semblait pourtant pas être le dossier le plus compliqué à réaliser… Et depuis le temps qu’il était dessus ma foi. » A lancé l’expérimenté journaliste via son compte Twitter. Ce dernier a aussi bien du mal à comprendre la stratégie des dirigeants lyonnais et on ne peut pas lui donner forcément tort…

 

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les derniers articles dans Actualités