Actualités

Partira, partira pas ? L’OL s’attaque au très épineux dossier Rayan Cherki

L’Olympique Lyonnais a été très actif sur le mercato estival durant les dernières semaines. Avec près de 5 nouvelles recrues (Lacazette, Tolisso, Lepenant, Laaziri, Tagliafico) et un nouveau prêt (Mateus Tetê), les dirigeants n’ont pas chômé et aujourd’hui ils doivent dégraisser leur effectif. Plusieurs joueurs (Aouar, Kadewere, Da Silva, Pollersbeck, Dembélé) sont sur le départ et un autre membre de l’effectif pourrait faire ses valises avant le 31 août prochain. Il s’agit du jeune prodige Rayan Cherki. 

 

Sous contrat avec son club formateur jusqu’en juin 2023, Rayan Cherki n’a toujours pas prolongé son bail et le club lyonnais pourrait décider de le vendre avant le 31 août prochain. Contrairement à Kayne Bonnevie, Anthony Lopes, Maxence Caqueret, Mohamed El Arouch, Malo Gusto ou encore Castello, Cherki n’a toujours signé son nouveau contrat et l’état-major rhodanien n’apprécie guère les méthodes de ses agents. D’après les informations publiées par Le Progrès, Rayan Cherki pourrait ne plus faire partie du projet sportif olympien. En effet, si aucune prolongation de contrat n’est signée d’ici le 31 août, un départ sera envisagé par l’Olympique Lyonnais : « Apparemment le camp du jeune olympien ne répond pas de manière explicite aux propositions de son club formateur qui le mèneraient sur un contrat longue durée » et « un début de bras de fer » aurait été entamé. Une situation dont souhaiteraient profiter de nombreux courtisans. » Indique le média local.

Véritable espoir du club et considéré comme l’un des plus grands talents de l’Académie OL, Cherki déçoit et il ne fait pas partie du 11 type de Peter Bosz pour la saison 2022-2023. Au départ, en accord avec sa direction pour prolonger son bail les positions s’éloignent et aujourd’hui le clan du joueur de 20 ans joue clairement la montre. Une attitude qui commence à exaspérer le club qui aurait pris la décision de placer son jeune prodige sur le marché des transferts. « Dans ce cas-là (quand des joueurs sont en fin de contrat), c’est soit ils prolongent, soit ils partent. En tant que club, on est en droit de demander à ce qu’ils s’engagent sur le moyen terme avec nous car on est au début d’un projet sur plusieurs années. On ne veut pas faire un « one-shot », un coup la Ligue des Champions et ensuite plus rien. On souhaite rester le plus haut possible le plus longtemps possible. Nous devons pouvoir avoir des joueurs pleinement impliqués dans le projet, or, avec un an de contrat, c’est plus difficile d’imaginer que les gars soient impliqués », a prévenu Bruno Cheyrou pour OLTV.

 

Cheyrou souhaite créer une ‘ADN OL’

 

Patron de la cellule de recrutement, Bruno Cheyrou a précisé ses plans pour l’avenir et il confirme que le club souhaite faire revenir une ADN OL au sein des Gones et poursuivre son développement avec les jeunes du cru, quitte à se débarrasser de Rayan Cherki avant la fermeture du mercato. « Sur les postes axiaux, on est plutôt bien pourvu. En défense, nous avons 6 joueurs, dont 2 de trop, ce qui veut dire qu’on doit réussir à dégraisser en libérant ou en vendant. Au milieu et en attaque c’est la même chose. On doit être capable de faire de la place aux jeunes du centre de formation. Nous avons cette chance-là et on doit s’en servir. Par exemple, dans l’entrejeu il y a Mohamed El Arouch à qui on veut faire de la place, devant on a Bradley Barcola », a ajouté le responsable du recrutement mettant un coup de pression direct aux joueurs dont le contrat s’achèvera l’été prochain.

L’Olympique Lyonnais n’a pas encore rendu les armes et conserve l’espoir de garder et prolonger Rayan Cherki. Mais plus que jamais la balle est dans le camp d’un joueur qui possède une très belle cote sur le marché et notamment un intérêt de longue date du Real Madrid. Estimé à près de 18 millions d’euros par ‘Transfermarkt’, il pourrait également rester en France car le Stade Rennais et l’OGC Nice gardent un oeil sur sa situation. À seulement 20 ans, Cherki est déjà à un premier tournant de sa carrière. Rester dans son club formateur et poursuivre son développement ou faire le grand saut et succomber aux sirènes européennes, quitte à faire banquette au sein d’un très grand club du continent…

 

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les derniers articles dans Actualités