Actualités

Les premiers mots du nouvel actionnaire majoritaire de l’OL John Textor

L’Olympique Lyonnais est désormais sous pavillon américain. C’est une toute nouvelle ère qui débute chez les Gones. Ce mardi 21 juin 2022, le président Jean-Michel Aulas a présenté son nouvel acolyte américain. Après 35 ans passés à la tête de la présidence, Aulas va donc passer la main à John Textor qui rachète 66% des parts de la Holding d’OL Groupe.

 

Cet après-midi, il était en salle de conférence et a livré ses premiers mots en compagnie de Jean-Michel Aulas. Il arrive dans le Rhône avec de l’ambition et souhaite redonner au club ses lettres de noblesses. Celui qui possède déjà plusieurs clubs, dont celui de Botafogo au Brésil ne se cache pas et précise qu’il est entré dans le capital d’OL Groupe avec la ferme intention d’apporter un investissement plus conséquent, à commencer par le mercato estival qui a ouvert ses portes au début du mois. Les derniers échecs indiquent que Textor compte investir entre 80 et 90 millions d’euros pour renforcer l’équipe dès cet été.

 

Sa relation avec Aulas 

« On a fait quelque chose d’unique. Quand un actionnaire majoritaire investit, cela se reflète dans le conseil d’administration. (…) En ce qui concerne la prise de décision, il est plus sérieux que moi sur le budget, il sait mener une entreprise, il est assez à l’aise avec ce niveau d’autonomie. Le travail fait par Jean-Michel Aulas est très fort. Les infrastructures sont très belles, la salle de conférence ici est une des plus belles que je n’ai jamais vu. Il faut s’attendre à ce que je sois toujours ici, à parcourir l’académie. L’OL représente tout ce que j’aimerais voir dans les clubs. Il représente le sport, le foot, le divertissement, le basket. Le football féminin est très important et je n’ai pas cette pression de tout diriger. J’espère qu’on me percevra comme quelqu’un qui aime aider, apporter des ressources. »

Ses ambitions 

« Ma première suggestion serait de prendre exemple sur les femmes. Non, je plaisante. Quand on a acheté Botafogo au Brésil, en deuxième division, il n’avait pas gagner de titres pendant plusieurs décennies. Et on a réussi à battre Flamengo l’année dernière. On veut gagner des championnats, Jean-Michel veut revenir sur le devant de la scène européenne, moi je veux gagner la Ligue des champions. J’espère qu’on va pouvoir rêver de ça. J’ai vraiment un amour sincère pour ce sport, je ne me suis jamais considéré comme investisseur, quand ce mot apparaît ça me fait bizarre. Je me considère comme un bâtisseur. […] J’ai voulu investir dans le foot. Ce que j’adore dans le football c’est ce lien avec les communautés, avec les villes, avec les groupes. J’aimerais revenir à ces valeurs-là pour le football dans le monde, retrouver ce côté familial. »

A Crystal Palace je ne suis pas majoritaire, je pense que c’est une bonne analogie avec ici. C’est un club avec un président qui a sauvé l’équipe quand elle était en mauvaise posture. Quand j’ai investi, j’ai amené des ressources, du soutien, sans être le directeur de ce club. J’ai amené du capital et de l’enthousiasme. Le développement des jeunes m’intéresse particulièrement, mais aussi leur accompagnement. C’est pour ça que je suis venu ici, car il y a cette académie incroyable à Crystal Palace et ça ressemble beaucoup à ce qu’il y a aussi. »

La concurrence avec le PSG 

« Je n’aime pas les modèles comme celui du PSG avec des supers athlètes, a lancé Textor. Si on continue à faire ce que fait Jean-Michel (Aulas) depuis quelques années, et qu’on y amène du divertissement et de la technologie, on va pouvoir gagner plus d’argent qu’avec un investisseur qatari. »

 

Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les derniers articles dans Actualités